Cérémonie d’ouverture des JCC 2021

La 32ème édition des Journées cinématographiques de Carthage (JCC) placée sous le thème « Rêvons ! vivons! », prévu du 30 octobre au 06 novembre 2021, s’est ouverte officiellement, samedi, à la Cité de la Culture, dans la capitale Tunis.

Le directeur du festival, Ridha Behi, la ministre tunisienne de la Culture, Hayet Ketat Guermazi ainsi que les deux invités d’honneur, le réalisateur tunisien, Farid Boughdir et l’actrice égyptienne Basma, ont donné le coup d’envoi de ce rendez-vous incontournable de tous les cinéphiles.

Plusieurs figures tunisiennes, arabes, africaines, et internationales du 7ème art, ont pris part à la cérémonie d’ouverture de ce prestigieux festival de cinéma en Afrique et dans le monde arabe. Les artistes ont défilé sur le tapis rouge, accompagnés d’enfants atteints de trisomie 21.

L’actrice égyptienne, Nelly Karim, s’est vu décerner le « Tanit d’Or », et ce, pour l’ensemble de sa carrière cinématographique. La lauréate, native d’Alexandrie, a brillé par ses rôles interprétés dans plusieurs films réalisés par des metteurs en scène de renom, à l’instar de « Alexandrie New York » de Youssef Chahine, « Clash » de Mohamed Diab, « Un à zero » de Kamla Abu Zekry, « Al Fil Al Azraq » de Marwan Hamed, « Le Bout du monde » de Amir Ramsès et de bien d’autres.

« Nous pouvons avoir des différends sur tous les plans, excepté notre amour pour le cinéma », a déclaré le directeur du festival, Ridha Behi, lors du coup d’envoi de la 32ème édition des JCC.

Un « Clin d’oeil » des Journées Cinématographiques de Carthage a été spécialement dédié aux équipes techniques du cinéma, en signe de reconnaissance de leurs efforts déployés derrières les caméras, à savoir le réalisateur, Nasreddine Shili, la maquilleuse Hajer Bouhawala, le machiniste Hassan Tebbi, l’acteur Bahri Rahali et l’actrice Chekra Ramah.

Une mise en scène a également été dédié aux figurants présents lors des tournages et qui font partie de la réalisation de toute œuvre cinématographique.

Dans une déclaration accordée à l’Agence Anadolu, l’actrice libyenne Jamila Al-Mabrouk s’est félicitée d’avoir « été invitée pour la première fois à ce festival, en tant que comédienne libyenne résidente en Tunisie, mais également pour représenter les films libyens sélectionnés aux JCC », soulignant qu’elle assistera à la projection des films de son pays.

Ayant participé au feuilleton tunisien « Harga » de Lassad Oueslati, diffusé durant le mois de Ramadan, Al-Mabrouk a fait part à l’Agence Anadolu de sa prochaine apparition sur les écrans tunisiens, « je suis en train de préparer un grand rôle dramatique à partir du mois prochain et je prendrai part également au tournage de Harga 2 ».

L’acteur tunisien, Kamel Touati, qui a interprété un rôle dans le court métrage sélectionné en compétition officielle « Frida », du réalisateur tunisien Mohamed Bouhjar, s’est félicité, lors de sa déclaration accordée à l’Agence Anadolu « de la grande présence des films tunisiens lors des JCC ainsi que de l’ampleur exceptionnelle de cette édition ».

« Le court métrage traite la question de la mixité dans les écoles, de la coéducation à travers une histoire légère », a souligné Touati.

La réalisatrice tunisienne du film « Salwa », Ines Ben Othman, a indiqué à l’Agence Anadolu que « le film fait partie d’une sélection de quatre courts métrages produits par le CNCI, qui est une adaptation cinématographique d’une nouvelle de Lassaad Ben Hssin, sous le nom de « Wahm Leilet Hob », que j’avais traduit en scénario puis en film »

Le film « Lingui, les liens sacrés », réalisé par le cinéaste tchadien, Mahamat-Saleh Haroun, a été choisi comme film d’ouverture de cette 32ème édition.

Au total, les JCC 2021 comptent 11 sections. 45 pays arabes et africains participeront à cette édition, outre, 13 films documentaires seront en compétition et 36 courts métrages (5 documentaires et 31 fictions) seront projetés.

Hend Abdessamad.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.